Aider les femmes déscolarisées, une urgence ! Lettre ouverte aux institutions et aux gouvernements.

Lors de la conférence internationale « Innover pour l’émancipation des femmes et des filles par l’éducation », toutes les interventions et promesses de financement des pays et organismes présents se sont focalisées sur « Comment faire rester les filles à l’école ». Bien. Mais, RIEN sur « Comment faire revenir celles qui en sont sorties ou venir celles qui n’ont jamais eu la chance d’y aller « . Pourtant, 500 millions de femmes n’ont pas les compétences de base de l’alphabétisme. Les aider à se former, c’est avoir un impact positif immédiat sur leur vie quotidienne personnelle et familiale. Pourquoi ne pas agir vite, alors?

La semaine dernière se tenait la conférence Internationale « Innover pour l’émancipation des femmes et des filles par l’éducation », organisée à l’UNESCO dans le cadre de la préparation du G7 de Biarritz. Beaucoup a été dit sur ce qu’il faut faire pour permettre aux filles de suivre des études, de ne pas quitter l’école dès l’adolescence. Des promesses importantes de financement ont été faites. Mais à aucun moment, il n’a été évoqué la façon d’aider les filles et jeunes femmes sorties de l’école à y revenir ou d’aider celles qui n’y sont jamais allées à s’y rendre.

Le Monde compte 132 millions de filles non scolarisées. Les femmes représentent les deux tiers des 750 millions d’adultes sans alphabétisme de base, soit 500 millions d’individus. Leur émancipation par le biais de l’éducation est indispensable. Sans alphabétisation, aucun espoir d’aller plus loin dans une formation.

Quand leur famille ou leur mari décident pour elles, il leur est très difficile d’aller à l’encontre de ces décisions et de quitter le foyer pour revenir à l’école. Certaines d’entre elles pensent même que l’éducation n’est pas faite pour elles, qu’elles n’ont pas les capacités d’apprendre.

Au lieu d’espérer en vain qu’elles aillent d’elles-mêmes à l’éducation, pourquoi ne pas la leur apporter ? La conférence voulait traiter d’innovation. Il est temps d’innover pour les aider, pour, qu’où elles soient, elles puissent accéder aux compétences de base de l’alphabétisation.

C’est l’approche qui est développée au Niger avec MBA-TV, la Méthode Bilingue d’Alphabétisation en audiovisuel et multimédia. Utiliser la télévision et le téléphone portable pour aider les filles et les jeunes femmes où qu’elles se trouvent à s’alphabétiser. Dans leur village, chez elles, dans leur camp. Où qu’elles se trouvent sur le territoire, la télévision est  présente. Un programme télévisé peut informer et enseigner. Un téléphone portable même basique avec son clavier,  permet en interactivité de mettre en pratique ce qui est appris dans l’émission TV. MBA-TV utilise la voix et le SMS qui fonctionnent aujourd’hui partout.

Les partenaires de l’opération sont  le gouvernement nigérien, l’ORTN, la chaine de télévision publique et l’ONG Hed Tamat. Le programme est produit sur place par et pour les nigériens. Tout est prêt pour lancer le projet dés que son financement sera bouclé. C’est là que le bât blesse.

En effet, il ne resterait pas d’argent pour ce genre de projet. Il n’y aurait pas d’aides des organisations internationales. Ces dernières financent les écoles, la formation des enseignants, les programmes et les manuels scolaires. Tout est accès pour les enfants et les écoles. Rien pour ceux et celles qui n’ont pas ou jamais eu  la chance d’y accéder. C’est ce qui a été confirmé à l’UNESCO lors de la conférence.

Pas de financement pour l’innovation dans l’éducation non formelle.

Pourtant, il est aisé d’évaluer l’impact d’un programme tel que MBA TV grâce notamment aux données provenant des appels téléphoniques. Il est ainsi aisé de savoir où, quand, combien de fois les apprenants ont travaillé, avec combien d’exercices, et quel niveau ils ont  atteint… L’impact est totalement mesurable.

Permettre l’émancipation des femmes commence par leur apprendre leurs droits, et leur montrer comment leur vie peut devenir avec l’éducation. C’est ce que la télévision permet de faire grâce à des reportages de proximité. Renforcer le pouvoir des femmes, c’est leur donner l’occasion d’apprendre où qu’elles se trouvent et leur donner confiance en elles.

Avec le téléphone, les femmes peuvent s’exercer, progresser en toute autonomie loin du regard des autres et ainsi découvrir qu’elles sont elles aussi capables d’apprendre.

La mission de MBA-TV est avant tout de permettre à toute utilisatrice d’acquérir des compétences de base en alphabétisation. Mais, c’est aussi de donner à celles qui veulent aller plus loin dans l’apprentissage la possibilité de  pousser la porte d’un centre de formation.

Aider les femmes sorties du système éducatif à s’émanciper par l’éducation, c’est leur offrir les moyens de changer immédiatement leur quotidien en mettant en application ce qu’elles apprennent pour améliorer leur qualité de vie et celle de leur famille. C’est un gain instantané pour elles-mêmes et pour la communauté. Mais, c’est aussi leur donner les moyens de résister à l’environnement social et leur garantir le cursus complet qu’elles n’ont pas eu.

Changer le quotidien en préparant l’avenir vaut bien que les grandes institutions se penchent sur ces innovations qui, en utilisant les moyens modernes déployés sur le terrain  (télévision et téléphone) et non pas en pariant sur d’hypothétiques équipements pharaoniques à venir qui ne couvriraient que les capitales ( 5G par exemple), sont directement accessibles au plus grand nombre. Qui plus est, le tout pour un coût très inférieur à tout système éducatif classique, fait de salles de classe, de professeurs et de manuels.

Devant l’urgence, il faut oser et sortir de ses zones de confort.

Les batailles perdues d’avance sont celles qu’on n’engage pas

« Ça serait pas mal de le faire… C’est de ne pas le faire qui serait mal ! » déclaration de Jean-Louis Borloo à propos du projet d’alphabétisation avec B.A.BA-TV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrenchGermanItalianPortugueseSpanish